L’illectronisme en 5 questions

L’illectronisme en 5 questions

CATEGORIES : Informations,
TAGS : Fracture Numérique, Exclusion Numérique, Responsabilité Sociétale des Entreprises, Inclusion Numérique,
AUTEUR : Régis
COMMENTAIRES : 0
 L’illectronisme est l’un des enjeux de la fracture numérique. Souvent méconnu ou objet de préjugés l’illectronisme est pourtant un facteur d’exclusion sociale important et un enjeu de société déterminant pour les années à venir. Cet article explique ce qu’est l’illectronisme et comment il constitue un volet de la fracture numérique.

1. Qu'est-ce que l'illectronisme ?

L'illectronisme, souvent désigné comme l’inhabilité numérique, fait référence à l'incapacité ou à la difficulté d'utiliser les outils numériques et les technologies de l'information et de la communication (TIC) de manière efficace. Cela englobe diverses compétences telles que la navigation sur internet et la recherche d’informations en ligne, la gestion des courriers électroniques, l'utilisation des applications de base telles que les applications bureautiques, la protection de la vie privée ou encore la capacité à utiliser la souris et le clavier. Aujourd’hui l’absence de maîtrise de compétences numériques minimales est considérée comme un facteur d’exclusion sociale pouvant être aussi pénalisant que le fait de ne pas savoir lire et écrire. Si Internet est un formidable outil de diffusion des connaissances, il faut cependant garder à l’esprit que la transformation numérique de notre société qui progresse à un rythme effréné est aussi un facteur d’exclusion important.

 2. Pourquoi l'illectronisme est-il un problème de société ?

Dans un monde où la technologie numérique est omniprésente, l'accès à l'information, à l'éducation, à l'emploi et même aux services publics rend nécessaire et indispensable l’acquisition de compétences numériques.  De nos jours, la plupart des offres d’emploi sont publiées en ligne et la candidature se fait souvent via des plateformes numériques et au moyen d’un CV et d’une lettre de motivation également réalisés et envoyés au format numérique.  De nombreux services médicaux sont désormais accessibles uniquement en ligne, que ce soit pour prendre rendez-vous avec un médecin, renouveler une ordonnance ou accéder à des informations médicales. La scolarité rend nécessaire l’accès aux outils numériques de l’Education Nationale tels que Pronotes ou l’Espace Numérique de Travail (ENT). De même les professeurs exigent parfois que certains travaux soient rendus au format numérique, en particulier dans le cadre des études supérieures.

Même s’il demeure parfois possible de réaliser certaines démarches administratives au format papier sans aucun outil numérique, la plupart des démarches ont été profondément modifiées par le passage au numérique au point qu’il peut désormais s’avérer difficile ou impossible de réaliser certaines démarches sans passer par un outil en ligne. Par exemple, lorsqu’un étudiant envoie un dossier de demande de bourse par courrier papier celui-ci lui est retourné avec un courrier indiquant que la demande doit être réalisée en ligne. Les administrations privilégient le numérique pour de nombreuses démarches telles que faire une demande de bourse, faire une demande d’aide sociale, s’inscrire sur les listes électorales ou encore faire une demande de pièce d’identité. 

Parce qu’il nécessite du matériel (un ordinateur et un accès internet) et des compétences (internet, logiciels etc…) des solutions doivent être mises en œuvre pour que le numérique soit inclusif et utilisable par tous. Ces solutions doivent à la fois viser à renforcer l’éducation au numérique tout en maintenant des possibilités de pouvoir réaliser de manière transitoire les démarches administratives essentielles sans recours aux outils numériques.

3. Quelle est l’étendue de l’illectronisme en France ?

Selon l’INSEE (https://www.insee.fr/fr/statistiques/7633654) en 2021, 15,4 % des personnes de 15 ans ou plus résidant en France sont en situation d’illectronisme : 13,9 % n'ont pas utilisé Internet au cours des trois derniers mois et 1,5 % l’ont utilisé mais ne possèdent pas les compétences numériques de base.

 Le dernier Baromètre du numérique de l’ARCEP et l’ARCOM (https://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/cge/infographie-BN-2022.pdf?v=1684931616) révèle que 54% des Français éprouvent au moins une forme de difficulté qui les empêche d’effectuer des démarches en ligne.

Évidemment l’illectronisme peut recouvrir des réalités très différentes entre une personne qui ne sait pas manipuler une souris pour faire un double-clic et une autre personne qui se trouve en difficultés pour réaliser des démarches administratives en ligne ou pour réaliser un CV sur un logiciel de traitement de texte.

4. Quelles personnes sont les plus touchées par l’illectronisme ?

L’étude réalisée par l’Insee démontre qu’il existe plusieurs facteurs d’illectronisme. En premier lieu l’âge puisque les personnes les plus âgées sont également les plus touchées par l’illectronisme. Mais on peut également noter que la précarité et un faible niveau d’éducation sont des vecteurs importants d’illectronisme.

Ces critères ne sont pas exclusifs puisque 54% des Français éprouvent au moins une forme de difficulté qui les empêche d’effectuer des démarches en ligne. On trouve dans cette population des personnes plus jeunes, avec un niveau d’étude ou de revenus plus élevés. Par exemple une personne jeune avec un diplôme d’études supérieures peut également se trouver en difficultés face au numérique si elle est peu en contact avec un ordinateur, si elle n’a pas identifié le besoin de s’équiper avec un ordinateur bien qu’elle en ait les moyens et si dans sa profession elle n’utilise pas d’ordinateurs (certaines professions médicales par exemple utilisent peu ou pas d’ordinateurs).

L’illectronisme peut également être le résultat d’autres facteurs moins connus. Les personnes dyslexiques, par exemple, peuvent s’avérer en difficultés avec le numérique quelque soit leur âge. Plus généralement de nombreuses formes de handicap (tels que les handicaps visuels) peuvent être un frein dans l’accès au numérique.

Enfin, n’oublions pas que l’illectronisme peut également être transmis par les parents à leurs enfants si les parents sont réfractaires au numérique, qu’ils n’équipent pas leur foyer d’un ordinateur pour permettre aux enfants d’apprendre et si généralement l’usage de l’ordinateur n’est pas valorisé voire simplement dévalorisé au sein de la famille.

5. Quelle est la différence entre illectronisme et fracture numérique ?

 L'illectronisme et la fracture numérique sont deux concepts étroitement liés mais distincts dans le domaine de l'accès et de l'utilisation des technologies numériques. L'illectronisme fait référence à l'incapacité ou à la difficulté d'utiliser les outils numériques et les TIC de manière efficace, tandis que la fracture numérique englobe un ensemble plus large de disparités liées à l'accès aux technologies numériques. En d'autres termes, l'illectronisme est un problème de carence de compétences et de connaissances nécessaires pour utiliser les outils numériques, tandis que la fracture numérique concerne également l'accès physique aux infrastructures numériques telles que l'internet haut débit et les ordinateurs. Par exemple, une personne peut avoir accès à un ordinateur et à internet, mais ne pas posséder les compétences nécessaires pour naviguer sur le web efficacement, ce qui relève de l'illectronisme. D'autre part, une personne peut avoir été formée à l'utilisation des outils numériques, mais être incapable d'y accéder en raison de contraintes financières ou géographiques, ce qui relève de la fracture numérique. En résumé, l'illectronisme est liée aux compétences, tandis que la fracture numérique englobe à la fois l'accès physique et les compétences.

0 Commentaire

Ajouter un commentaire

Les astérisques (*) indiquent les champs devant être obligatoirement être remplis pour soumettre le formulaire. ANS traite les données recueillies pour vous permettre d'ajouter un commentaire sur son site. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, reportez-vous à notre Politique de gestion de confidentialité.

Notre action

Action Numérique Solidaire est une association indépendante à but non lucratif qui œuvre contre la fracture et l'exclusion numériques. Notre action est née au sein de l’association de parents d’élèves L’Ecole Dans la Ville à Brunoy (91) lors du premier confinement en mars 2020. Privés d’école certains élèves se sont retrouvés coupés de tout enseignement par manque de matériel informatique. Pour résoudre ce problème nos bénévoles se sont mobilisés pour collecter du matériel informatique obsolète, le reconditionner et le distribuer aux enfants qui en ont besoin.